• POISSY, la bataille politique continue !

     

    Sur fond de promesses faites avant (ré-)élections municipales, il y a un certain nombre d'affaires qui sont apparues à Poissy, certaines un peu plus rocambolesques que d'autres.

     

    De nombreux Pisciacais se posent des questions, au sujet de celle révélée cet été :

     

    Ainsi, la question est posée pour la validité d'une promesse écrite faite par F.BERNARD, alors qu'il était encore Maire et Président de la SEMAP à R.BERTRAND (ex-adjoint et conseiller municipal sortant) pour le rachat de sa maison en plein centre ville, pour la modique somme de 1,5 millions d'euros.

     

    D'autre part, la somme est-elle appropriée au prix du marché ?

    De plus, quel est le projet d'aménagement du centre-ville qui aurait été entrevu ? Aurait-il été l'occasion de créer une galerie commerciale ou un ensemble de boutiques selon la possibilité foncière ?

     

    Enfin, à quelle occasion le projet aurait-il été discuté puis validé ? Pas en Conseil municipal, puisque le projet n'aurait certainement pas manqué de faire interpeller plusieurs conseillers.

     

    Reste le cadre de la SEMAP, assez obscur puisqu'aucun rapport d'objectifs ou projet clair n'a été élaboré - à notre connaissance.

     

    Une chose est sûre, l'enjeu financier est important : le montant représente plusieurs vies professionnelles payées au SMIC.

     

    Quelles sont les responsabilités réelles ? Les Pisciacais devraient-ils payer pour cette affaire ? Car ville ou Semap, cela reviendrait peu ou prou à la même chose.

     

    La page Facebook "Poissy1faux" ouverte récemment, puis fermée à l'accès public, par R.BERTRAND, serait l'occasion de donner toute l'info nécessaire pour arriver à se faire une opinion sur la base des détails et des preuves.

     

    Faudra-t-il attendre l'audience de jugement pour en connaître les détails ? Le tribunal donnera son verdict, mais sera-t-il le même que celui des Pisciacais : est-ce l'intérêt général ou l'intérêt particulier qui est visé ? Le doute reste permis.

     

    Affaire à suivre !


    6 commentaires
  • Ernest MEISSONIER est une gloire locale pisciacaise. Ancien maire de Poissy et artiste renommé dans la peinture et la sculpture, il habitat dans notre cité à partir de 1846.

     

    L'illustrateur d'Honoré de Balzac a connut diverses fortunes, ainsi ses talents de sculpteur ne furent vraiment reconnus qu'après sa mort.

     

    Sa sculpture posée au parc portant son nom à Poissy, en bordure de Seine, a elle aussi subit des fortunes diverses, surtout depuis ces six dernières années. Elle avait fini par prendre ombrage des années de pose à l'air libre. La faute à personne parait-il, mais son abord était devenu presque répugnant tant le manque d'un moindre entretien était devenu flagrant.

     

    La nouvelle municipalité a décidé de prendre le sujet en main. Ernest MEISSONIER a ainsi retrouvé sa magnifique couleur...blanche.

     

    La volonté est parait-il une chose bien partagée, à moins que ce ne soit le bon sens... ?


    votre commentaire
  • UN SEUL TOUR AUX MUNICIPALES A POISSY !

     

     

    Ce dimanche 23 mars marque la fin de la mandature de Frédérik BERNARD. Son résultat du jour est à l'image de son mandat, mauvais. L'avantage du sortant n'aura pas été de mise à Poissy.

     

    Tous nos voeux de réussite à Karl OLIVE et à son équipe !

     

     

     

    Les résultats :

     

    UMP/UDI/MODEM "Poissy de toutes nos forces " : 7913 voix - 62.43% - 32 sièges

     

    PS/PCF/FG "J'aime Poissy" : 3149 voix - 24.84% - 5 sièges

     

    "Vivons notre ville" : 1252 voix - 9.88% - 2 sièges

     

    LO : 361 voix - 2.85% - sans siège


    votre commentaire
  • Poissy a toujours été une ville d'eau, de Seine. Déjà ville royale, le passage sur le fleuve a généré des tableaux connus, témoins du passé, qui indiquent son poids sur la vie économique. Aujourd'hui, la ville n'exploite plus cet avantage au-delà de l'aspect historique.

     

    Et pourtant, le fleuve peut toujours être synonyme d'avenir et de développement économique. A l'image du projet Hydroquest sur la Loire. Cette société grenobloise espère valider un concept inédit de machine fluviale exploitant l'énergie cinétique de l'eau. Son partenaire est EDF qui détient la moitié des brevets.

     

    A la différence de l'éolien ou du solaire, la production de l'énergie peut être prédictive et à peu près régulière. L'équipement est amarré au fond du fleuve ou suspendu à une barge. Son impact est quasi nul sur l'environnement. 

     

    Sa mise en place effective se fera au printemps 2014, à Orléans, soutenue par EDF, Artelia, ainsi que trois pôles de compétitivité (Tenerrdis, Dream et Derbi). Elle trace le chemin de l'autonomie énergétique des villes et collectivités qui mettraient en place ce type de solution.

     

    C'est un projet pour Poissy.

     

     


    1 commentaire
  • 2014, EN ROUTE VERS LA CURE D’AMAIGRISSEMENT(S)

     

    Nous voilà en 2014, déjà ! Les fêtes ont été plus ou moins fastes, en cadeaux, en repas. A la mairie de Poissy, les fêtes ont perduré depuis un temps, 2009 exactement, puisque le budget de 2008 avait été élaboré par la précédente municipalité. Force est de constater que le budget et les dépenses municipales ont pris de l’embonpoint tout ce temps. Nous laisserons à chacun l’occasion d’en apprécier les causes pour ne retenir que les faits, en comparant le réel 2007 à 2012  : Frais de personnel +30%, charges à caractère général +39%, dépenses réelles de fonctionnement +37%. Les frais de communication ne sont pas seuls en cause…

     

    Il n’est pas nécessaire de réaliser un audit pour connaître les chiffres, nous les connaissons. Nous économiserons ainsi ces frais-là, comme notre premier édile aurait pu le faire en 2008, audit qui a révélé que la commune était gérée à sa juste mesure avant son arrivée.  Car, si le but est de contester les choix et décisions prises de réalisations municipales, ce n’est pas un audit qui le fera mais chacun au travers de sa voix.

     

    Le seul leitmotiv que le prochain édile devra avoir, c’est « dépenser moins » et surtout « dépenser mieux ». Les charges et taxes fiscales sont au bout du raisonnable pour ne pas dire du supportable : après les +14.8% effectués par le conseil général des Yvelines en 2010, rebelote pour l’équivalent en 2011 (avec des effets de bord pour certains retraités) par la municipalité pisciacaise. Sans compter l’alourdissement pour les entreprises, les plus petites notamment au travers de la CFE, poussée au maximum à Poissy.

     

    Pour 2012 et 2013, c’est au niveau national que cette augmentation de taxes et impôts s’est prolongée, en attendant sa suite en 2014. La « pause » fiscale n’est pas pour demain.

    Et pourtant, le véritable enjeu de 2014 - et des années à venir - sera celui de la diète de la dépense publique, municipale y compris !

     

    Tous mes vœux de bonne année, à vous et vos proches.

     

    Daniel DEBUS

     

    POUR un renouveau à Poissy - http://www.pourpoissy.fr – Blog : poissyscope.fr


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique