• Cantonales 2011 - Abstention record

    CANTONALES 2011

    A POISSY-SUD,

    RECORD D’ABSTENTION

     

     

    63,39 %

     

    C’est le pourcentage – record – d’abstention au premier tour de la cantonale Poissy-Sud.

     

     

    A regarder les chiffres d’un peu plus prêt, UMP et PS sont au coude-à-coude sur les Hauts de Poissy, avec seulement 5 voix d’écart.

     

    Comme au niveau national, c’est un troisième parti qui perce, tant et si bien qu’il n’y a que 123 voix d’écart sur le canton, entre le second et le troisième.

     

    Que retenir de cette première étape dans l’élection ?

     

    1 - Le national a pesé sur le local : la médiatisation de la nouvelle leader du parti à la flamme n’est sûrement pas innocente.

     

    2 – Les réflexes locaux ont joué en faveur des partis institutionnels.

     

    3 – Pas de joie ou de satisfaction surfaite, si ce n’est celle de se retrouver au second tour, car le challenge consiste à récupérer le vote FN à son propre compte

     

    4 – Où à (re-)motiver les abstentionnistes en nombre afin de faire pencher la balance dans son sens.

     

    Le vote FN n’est-il pas simplement l’expression par les urnes d’un besoin d’une politique différente ? S’il était autre que FN, ne verrions-nous pas les abstentionnistes revenir aux urnes ?

     

     

    « SSIAD le 1er mars à PoissyCHIPS, dur à avaler »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    14
    Patriote
    Vendredi 1er Avril 2011 à 14:12

    Il ne faut pas sous estimer le message clairement envoyé par les Français :


    - Ils sont inquiets, c’est une évidence


    - Ils veulent des résultats probants en matière de sécurité, d’économie, d’emploi, et de contrôle des flux migratoires


    - Mais ils veulent aussi que les principes républicains et au premier chef l’amour de la Patrie et la laïcité de la société soient prioritaires et appliqués.



    Les faits et seulement les faits primeront et l’emporteront sur toutes les incantations, admonestations, et considérations morales !

    13
    anti-UMPS
    Mardi 29 Mars 2011 à 22:48

    les sarkoboys finiront mal. Ils ne pensent qu'à eux, se servent des gens puis les jettent, comme des mouchoirs usagers.

    12
    futuràPoissy
    Mardi 29 Mars 2011 à 06:44

    Le résultat à Poissy n'est malheureusement pas à la hauteur. Si la volonté est de faire tomber BERNARD en 2014, il faudra arriver à rassembler. OLIVE qui voudra jouer les premiers rôle, en est-il capable ? Sera-t-il prêt à laisser la première place à Mr RAYNAL s'il le fallait ? Où à Mr DEBUS qui semble être plus consensuel à droite comme au centre ?

    11
    Electeur
    Lundi 28 Mars 2011 à 11:23

    Les tractations entre droites locales vont bon train.

    Les sénatoriales approchent et chacun avance ses pions (de travers) quitte à trahir ses pensés intiales.

    C'est beau, c'est noble la politique... beurk

    10
    DM
    Lundi 28 Mars 2011 à 06:52

    vu le taux d’abstention, il n’y a pas de quoi pavoiser !


    Le nouveau Conseiller Général UMP est élu avec à peine plus de 3200 électeurs sur plus de 14000 personnes inscrites soit 23% ! Sur Poissy, il représente moins de 1000 personnes. 


    Cette élection montre de manière certaine que le nouveau conseiller général n’a en aucun cas su rassembler sur son nom les autres formations de droite, centre compris.

    9
    Kaobang
    Dimanche 27 Mars 2011 à 23:33

    "c'est le terrain qui parle", il y a déjà eu plus con comme slogan de campagne...dans cette élection c'est le rejet du PS et de ses valeurs qui a prévalu. Tasset avant Olive, et Foray avant Tasset n'ont pas eu à forcer la main des électeurs de droite, largement majoritaire sur Orgeval et les villages alentours, chez les riches comme a dit BERNARD sur LFM. Quelle faute politique grossière ! Il le paye cash ! Ajoutez une campagne au rabais (sans jeu de mot avec le nom de son directeur de campagne), une mobilisation minable des militants, vous avez là tous les ingrédients d'une défaite annoncée. Karl OLIVE ne doit pas crier victoire trop fort ni trop rapidement. Il faudra rassembler au-delà de son camp en 2014, et l'UMP sera probablement laminée en 2012. Une équipe de large rassemblement, sans étiquette, est la perspective que je vois pour Poissy. Mais si je n'ai pas de boule de cristal, je prédis que la partie ne sera pas facile. 

    8
    abstention
    Dimanche 27 Mars 2011 à 23:02

    Je regarde les infos sur Itélé. Loin de ces réactions politiciennes, nos compatriotes attendent une autre politique. Une politique de rupture avec la loi de la jungle mondialiste. Une vraie rupture avec la dépossession démocratique qui aboutit à la pire régression économique et sociale depuis 1945. La crise a bon dos.


    Contrairement à ce que veulent faire croire le PS ou l’UMP, il n’y a jamais de fatalité à subir son destin.

    7
    abstention
    Dimanche 27 Mars 2011 à 22:59

    Au second tour, il y a encore moins de monde qui s'est déplacé ! Les 2/3 à Poissy ! Un échec pour le Maire de Poissy, mais aussi un vainqueur sans légitimité.

    6
    Numéro9
    Vendredi 25 Mars 2011 à 21:28

    il y a un climat ambiant de profonde défiance vis-à-vis du personnel politique, parfois même de colère. Deux raisons à ce profond mécontentement : D'abord le manque de résultats, en matière d'emploi et de pouvoir d'achat, doublé d'un doute sur la véracité des statistiques. Ensuite vient le manque d’exemplarité de la classe politique, le sentiment qu’elle vit "autrement", sans règle ou seulement les siennes.

     

    La grande problématique est économique et sociale : les "impôts et les taxes" et "hausse des prix" sont et seront déterminants, en plus du "chômage". La colère gronde.

    5
    Jeudi 24 Mars 2011 à 08:58

    Les français renouent avec l’abstention massive, plus d’un électeur sur deux ne s’est pas déplacé. L’UMP est clairement en difficulté et en recul, traduisant le désarroi d’un électorat traditionnel de droite devant le vide de la politique de Nicolas Sarkozy et le retour dans l’abstention ou le vote Front National de ceux à qui la campagne de 2007 avaient fait croire en un vrai changement de cap.


    Ce n’est qu’en comparaison de cet échec que la gauche et le Parti Socialiste peuvent apparaître comme gagnants relatifs du scrutin. En réalité, ils ne progressent que peu sur une mer d’abstention. Dit autrement, la gauche n’est pas aujourd’hui, pour les français, une alternative crédible.


    L’ampleur du vote Front National est avec l’abstention le deuxième élément marquant. En présentant des candidats dans 25% de cantons de moins, il réunit 92% de ses voix de 2004, atteignant en moyenne 15% des voix et étant présent au second tour dans près de 20% des cantons renouvelables, à part égale face à des candidats UMP ou de gauche.


    Le scrutin des cantonales reflète un point d’inflexion indiscutable dans l’histoire du pays et traduit une nouvelle étape dans l’épuisement des forces qui ont porté en France le politique de la mondialisation ultralibérale. L’UMP l’a fait au nom de l’idéologie de la concurrence sans limite comme pris à payer d’un progrès social sans cesse remis à demain. La gauche l’a fait au nom d’un internationalisme confondu avec la disparition des nations. Elles se sont rencontrées, ont échangé leurs idéologies jusqu’à en devenir des étoiles jumelles.


    Confrontés au délitement social, politique, économique de la France, seul un tiers des citoyens voit encore des différences entre les deux partis qui gouvernent en alternance depuis trente ans. Plus de huit français sur dix estiment que l’avenir du pays est décidé par les marchés financiers et par l’Union Européenne et que les politiques, qui pourraient reprendre le contrôle du destin du pays ne veulent plus ou ne peuvent plus le faire. Deux tiers des français pensent que la France est soumise à une immigration excessive et à une insécurité grandissante. Si les françaises et les français gardent encore un espoir dans la capacité de l’élection présidentielle à peser sur les événements, ils pensent que les autres élections n’ont plus aucune importance.


    Les chroniqueurs de l’oligarchie médiatique, politique et financière parlent de “lepénisation” des esprits. Ils prennent en fait les français pour des imbéciles. Le Front National ne fait en réalité que récupérer à son profit le désespoir des français. 70% des électeurs mêmes du Front National disent pourtant, au contraire de ce que ce dernier prétend, ne pas adhérer en positif à ses idées, c’est à dire qu’ils ne sont pas dupes des excès - et notamment la stigmatisation de certains français - que le FN continue à charrier, quoiqu’on dise sur la modernité de Marine par rapport à son père. Mais il s’opère un vrai basculement : ce n’est plus parce qu’on adhère à ces excès que l’on vote Marine Le Pen, c’est en dépit de cela, parce qu’il semble ne plus rien exister d’autre pour exprimer son refus et son dégoût.


    L’UMP comme le PS croient pouvoir encore utiliser le vote Front National. La présence de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle assurerait à son adversaire UMP ou PS une victoire sans combat, sous l’égide d’un “Front Républicain” qui ne serait plus que l’alliance des mêmes intérêts de pouvoir. Et quelle aubaine ce sera de voir le prochain "dérapage" de Jean-Marie Le Pen ou la stigmatisation systématique des français musulmans de la fille venir jeter le discrédit sur toute politique alternative au système UMPS, puisque Marine Le Pen fait aujourd’hui du copier-coller avec le programme de Debout La République. Le système politique s’offusque de l’existence du Front National mais il contribue chaque jour à l’entretenir comme voie de stérilisation du vote populaire pour un pays qui ne veut plus de la politique suivie depuis trente ans.


    La France vit ainsi une phase critique de son histoire. Les françaises et les français le savent. Ils sont de plus en plus nombreux aujourd’hui à utiliser le vote Front National comme la seule arme dont ils croient pouvoir disposer.


    Mais la désagrégation du pays ne pourra que se poursuivre dans le renoncement que serait l’impasse d’un vote massif FN comme seul exutoire.


    Raison de plus pour faire grandir l’alternative gaulliste, sociale et nationale dont la France a tant besoin aujourd’hui.

    4
    Analyse
    Mercredi 23 Mars 2011 à 13:35

    l'UMP avait une base solide dans les villages, c'est pas la faute à Raynal&Rocquelaure ni Olive. Y voir une preuve de dynamisme du dernier ne relève que de l'auto-promotion à bon compte. Et malgré çà le FN progresse. Il sera le trouble fête en 2014.

    3
    trémolo
    Mercredi 23 Mars 2011 à 11:43

    l'UMPS se désole des conséquences alors qu'ils en chérissent les causes

    2
    loco78
    Mardi 22 Mars 2011 à 13:08

    bonne analyse et bon questionnement. Les médias montent la tête des Français, mais depuis avril 2002 ils devraient savoir que le FN n'est pas la solution. Reste à traiter le fond, que l'UMPS ont laissé tomber avec de pures mesures cosmétiques qui n'attaquent pas les problèmes à la racine. On est toujours dans le traitement social, rustine française trop bien connue et appliquée, alors que pendant ce temps-là les délocalisations continuent.

    1
    JL
    Lundi 21 Mars 2011 à 17:04

    le prorata des exprimés par rapport aux inscrits montre que l'UMP ne fait que 14,5% et le PS à peine 7%. Celui qui sortira gagnant ne devra pas l'oublier.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :