• LE BON SENS, UN GAGE POUR L'AVENIR

    Il y a neuf ans, jour pour jour, Lionel Jospin sortait de son QG parisien, pour annoncer aux militants qu’il se retirait de la vie politique. Rappelez-vous : contre toute attente, la gauche était éliminée du second tour de la présidentielle de 2002.

     

    Désormais la grande peur est qu’un tel scénario pourrait se reproduire aux Présidentielles de 2012, avec une autre variante, c’est-à-dire une élimination du candidat de droite, face à l’ampleur prise par le FN.

     

    Car selon les récents sondages, Marine serait présente au second tour. Tout le monde se dit qu’il ne faudrait pas que Jean-Louis Borloo et  Dominique de Villepin se présentent pour réussir à rassembler « plus ». Idem à gauche pour éviter à son camp une répétition du 21 avril.

     

    Mais ces hauts responsables politiques, de gauche comme de droite, ont-ils seulement pensé ou réfléchi pour connaître les causes profondes ? Les appels au rassemblement auront-ils une chance d’être entendus alors même que les problèmes ne sont pas traités à la racine ? Le bon sens devrait primer mais nous assistons à une fuite en avant qui a du mal à cacher son nom. Tous les Français en sont bien conscients, de plus en plus.

     

    Le plus étonnant reste que la droite a tendu le bâton pour se faire battre en réformant le financement des collectivités Territoriales au travers de la Taxe Professionnelle sans s’assurer de la solidité des contreparties financières réelles et pérennes de l’Etat.

     

    Les conséquences sont que les collectivités de gauche vont s’employer à user jusqu’à la corde le prétexte d’augmentation des taxes.

     

    A droite, la contestation va être moins farouche, sauf quelques exceptions, pour tenter de faire bonne figure, au besoin en pratiquant des évolutions d’impôts locaux plus contenues.

     

    A droite comme à gauche, personne n’a l’apanage d’avoir une « bonne gestion ».

     

    Mais la plupart du temps, le bon sens et la saine gestion financière est un élément clef de l’avenir, comme par exemple en s’attachant à ne pas vivre au-dessus de ses moyens, ni au-dessus des moyens de ses concitoyens.

     

    Encore faut-il savoir retirer ses œillères pour une pratique moins clivante du pouvoir. C’est souvent encore plus difficile que de faire des économies.  

     

    Le bon sens, une valeur à retrouver, à Poissy comme ailleurs.


    « COMMUNIQUE DE PRESSE - 04 avril 2011Intercommunalité - communiqué de presse »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Jeff78
    Mardi 3 Mai 2011 à 23:46

    La réforme de la Taxe Professionnelle a été faite pour alléger la facture des entreprises, sans toutefois leur demander des contre-parties ou des conditions d'obtention : emploi des seniors, des jeunes, embauches d'apprentis etc. Résultat : un énorme manque à gagner, pour l'Etat et les collectivités locales. Les habitants/contribuables sur qui retombent les hausses de taxes ne doivent pas s'étonner ! Encore moins à Poissy, avec les dépenses de fonctionnement qui crèvent les plafonds et les bourses municipales.

     

    1
    numéro9
    Vendredi 22 Avril 2011 à 23:17

    les Français le savent bien, les décisionnaires politiques se sont coupés de la réalité et du peuple. Ils savent leur présenter la facture avec des motifs en tous genres, en totale contradiction avec les objectifs affichés au départ. Poissy n'y échappera malheureusement pas ! 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :