• POISSY - RAMA (ter)

    A Poissy, les bonnes résolutions de 2012 ne durent qu'un temps.

     

    Celles du maire de Poissy ont duré jusqu'au 8 février - 22h00. L'éditorial du Pisciacais de Janvier laissait pourtant entrevoir une révolution de la transparence. Révolution car la pratique en Conseil municipal démontrait jusqu'à lors un manque flagrant, sur les réponses apportées aux questions écrites en particulier.

     

    Cette fois, les réponses ont été inexistantes, en rejettant même le caractère de question "non comprise(s)" et prétextant les termes "abscons" du courrier daté du 6 décembre dernier qui était pourtant clair(e)s :

     

    - l'inscription sur les listes électorales de nos élus pisciacais était-elle valable ? Différents emails, dont le maire était destinataire, comme les autres élus de la majorité, ne laissaient aucun doute : la fourniture du dernier relevé de taxe foncière ou d'habitation (pour les non-propriétaires) était demandée, afin de faire taire les rumeurs.

     

    - les textes sur lesquels monsieur le Maire se basait pour exclure des commissions permanentes le conseiller sortant de la majorité.

     

    Ce manque patent de transparence semble démontrer sa difficulté à asseoir ses décisions et pratiques sur une base légale claire, renvoyant voire reprochant à l'autre ses propres viscissitudes de flou et d'imprécision.

     

    Une démonstration que l'hopital se fout de la charité, qui plus est en écrivant que l'élu n'est que simple conseiller et non pas maire (!). Sa lecture des courriers, ou celle de son nouveau directeur de cabinet, directement issu de la rue de Solférino selon nos informations, est donc bien particulière et volontairement tronquée et orientée. Auraient-il oublié que quel que soit son rôle, l'élu est tenu de rendre compte de son action ? Est-ce la vision "socialiste" ou est-ce la seule vision locale ?

     

    Une fois de plus, en s'asseyant sur la transparence, on s'asseoit sur la République. La démocratie est et reste bafouée à Poissy. Pas étonnant que les rumeurs courent, la fumée ne serait donc pas sans feu...!  

     

    Evidemment, l'affaire ne va pas s'arrêter là. Avec notre ami Yann Merel, la démarche entreprise va continuer, jusqu'au bout.

     

    Le cas "Rama Yade" de Poissy va faire parler de lui.

      

    Daniel DEBUS

    Président de POUR Poissy

    « PARKING : CAS LYS, A NE PAS BOIRE JUSQU'A LA LIE »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    4
    pisciacais
    Vendredi 17 Février 2012 à 06:04

    le sujet ne semble pas net-net à Poissy sinon pourquoi le maire aurait-il agit ainsi ?

    3
    kikoo78
    Mercredi 15 Février 2012 à 20:51

    autre version, plus directe : "foutage de gueule"

    2
    démocrate78
    Lundi 13 Février 2012 à 20:47

    Monsieur Hollande ferait bien de mieux choisir ses soutiens...

    1
    Sans étiquette
    Dimanche 12 Février 2012 à 22:38

    elle est belle la démocratie "à la socialiste" !!!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :