• CHIPS, des perspectives dures à avaler

     

    Le centre hospitalier intercommunal de Poissy-Saint-Germain-en-Laye est le 1er établissement public d'Ile de France après l'AP-HP, avec plus de 1200 lits ouverts. Il compte 3700 professionnels de santé et accueille 150 internes. Son activité est déployée sur deux sites hospitaliers principaux, à Poissy et à Saint-Germain-en-Laye.

     

    Le projet de construction pour remplacer la structure actuelle, sur le plateau de Chambourcy, ne comptait que 800 lits, soit un bon tiers en moins.

     

    Ajoutez un déséquilibre financier quasi structurel dans la configuration actuelle, et décomptez un tiers de revenu en moins du côté des hospitalisations.

     

    Le mélange est explosif !

     

    Après la (bonne) décision de Claude EVIN (Directeur de l'ARS IdF) de ne pas valider le projet, plusieurs élus, principalement de la majorité présidentielle, ont réagi pour crier au loup et réclamer la réalisation du projet, malgré son coût prohibitif pour les uns, pharaonique pour les autres, sauf pour ces élus-là.

     

    Désormais, le projet doit être modifié pour - pensent-ils - faire passer la pillule avec seulement 500 lits, en clamant haut et fort que "c'est un besoin pour la population".

     

    Avec une capacité passant de 1200 à 500 lits, il devient de plus en plus difficile de montrer où se trouve le "+".

     

    Premièrement, la capacité d'accueil perd plus de 58%.

     

    Deuxièmement, le seuil de rentabilité à effectif constant devient encore un peu plus haut à atteindre.

     

    Troisièmement, on peut raisonnablement se demander si tous les services actuels vont être conservés. Dans la foulée, pousser la réflexion vers des possibilités de "partage" avec le privé.

    Entendez "privé" par "privé de service public" ou d'ouverture aux cliniques privées...

     

    De ce fait, le nouvel hopital est-il l'arbre qui cache la forêt ? 

     

    Pour le moment, le seul point qui n'est pas évoqué, même s'il n'est pas caché, c'est le devenir du déficit - monstrueux - cumulé depuis de nombreuses années. 106 millions d'euros environ.

     

    De "qui va renflouer ?", personne ne semble vraiment s'en soucier. Dans l'esprit de beaucoup, "c'est l'Etat".

     

    L'Etat, c'est vous, c'est moi. Ajoutez les 400 millions d'euros de coût de construction, vous obtenez le coût unitaire du lit d'hopital placé à hauteur du million d'euros (pour 500 places) !

     

    En définitive, en dehors des élus "rebelles" (à la décision de Claude EVIN), qui est prêt à payer plus pour avoir moins...?

     

    Ne levez pas tous la main en même temps !


    4 commentaires
  • CANTONALES 2011

    A POISSY-SUD,

    RECORD D’ABSTENTION

     

     

    63,39 %

     

    C’est le pourcentage – record – d’abstention au premier tour de la cantonale Poissy-Sud.

     

     

    A regarder les chiffres d’un peu plus prêt, UMP et PS sont au coude-à-coude sur les Hauts de Poissy, avec seulement 5 voix d’écart.

     

    Comme au niveau national, c’est un troisième parti qui perce, tant et si bien qu’il n’y a que 123 voix d’écart sur le canton, entre le second et le troisième.

     

    Que retenir de cette première étape dans l’élection ?

     

    1 - Le national a pesé sur le local : la médiatisation de la nouvelle leader du parti à la flamme n’est sûrement pas innocente.

     

    2 – Les réflexes locaux ont joué en faveur des partis institutionnels.

     

    3 – Pas de joie ou de satisfaction surfaite, si ce n’est celle de se retrouver au second tour, car le challenge consiste à récupérer le vote FN à son propre compte

     

    4 – Où à (re-)motiver les abstentionnistes en nombre afin de faire pencher la balance dans son sens.

     

    Le vote FN n’est-il pas simplement l’expression par les urnes d’un besoin d’une politique différente ? S’il était autre que FN, ne verrions-nous pas les abstentionnistes revenir aux urnes ?

     

     


    14 commentaires
  • Un nouveau Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) ouvrira ses portes à Poissy le 1er mars.
     

     

    La prise en charge de la dépendance est le grand enjeu national, avec son finacement comme corrolaire.

    Une des solutions consiste à conserver la personne âgée ou handicapée dans son lieu de vie le plus longtemps possible. La condition expresse est qu'elle puisse y vivre dans de bonnes conditions, en toute sécurité.

    Les SSIAD assurent ainsi la prise en charge à domicile de personnes de plus de 60 ans,  dépendantes  et sur prescription médicale (pour la prise en charge par la CPAM). 

    Les soins sont délivrés 7 jours sur 7 par l'équipe médicale qui va être mise en place.

    Les locaux de l’EHPAD Eleusis vont accueillir le service à Poissy. La complémentarité est entrevue car l'EHPAD accueille des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer et de pathologies apparentées. 

    Son aire de compétence est définie pour agir sur Poissy, Chambourcy, Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux et Le Pecq.

     

    Voilà une belle illustration de service rendu à la population, dans une zone cohérente. Que ceux qui réfléchissent au contour de la future intercommunalité de Poissy en prennent de la graine.

     



    1 commentaire
  • RER E, tracé alternatif

    un projet à étudier qui doit dépasser les étiquettes et les bords politiques

     

     

    Accueil

     


    Une initiative citoyenne est lancée par deux acteurs carriérois, Guillaume Sébilleau (président de l'Union des Commerçants) et Philippe Gautry (commerçant lui même), avec le soutien de toute l'équipe de "POUR Poissy" ainsi que de plusieurs personnalités du monde politique, en premier lieu de Joël MANCEL, Maire de Triel sur Seine.

     

    Cette démarche concerne Poissy, puisqu'il y aurait un impact - positif - sur sa desserte ferroviaire.

    Les premiers élements sont :

    * Pour la création d’une gare centrale 100 % nouvelle, dans la plaine de Triel sur Seine, du RER E facilement accessible avec un immense parking gratuit,

    * Pour le maintien de la ligne du RER A jusqu’au terminus de Poissy

    * Pour le maintien de la desserte historique Poissy – Saint Lazare

    * Pour le passage des trains bruyants (rapide et marchandise) par le nouveau tracé de délestage par un tunnel et semi-enterré évitant les gares d’Achères, Poissy, Villennes sur Seine et Médan,

    * Pour la 3ème voie entre Paris et Mantes la Jolie, grâce au nouveau tronçon, elle garantira l’amélioration et la ponctualité du temps de transport,

    * Pour l’abandon pur et simple de la ligne nouvelle Paris / Le Havre longeant l’autoroute A13 prévue pour 2030

    * Pour une implantation différente du futur Port de Triel, et sa desserte ferroviaire facilitée

     * Pour la conservation de l'actuel port de plaisance

    * Pour l'installation massive de protections phoniques à Vernouillet et Verneuil sur Seine.

    L'étude de cette solution intéressante est à mener par les RFF.

    C'est l'objectif de la pétition qui va être lancée.

     

    Un dossier détaillé sera prochainement mis en ligne sur ce site.


    9 commentaires
  • Intéressés par le débat politique, les Français perdent confiance en leurs représentants, selon une étude Opinionway. Longtemps épargnés, les élus locaux perdent nettement de leur prestige.

    Les Français s'intéressent à la politique mais jugent qu'elle ne s'intéresse pas suffisamment à eux. C'est le dernier baromètre de la confiance politique réalisé par Opinionway pour le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) et l'institut Pierre-Mendès-France qui le met en exergue.

     

    Ainsi 58% des personnes interrogées disent s'intéresser à la politique. Mais la défiance envers la classe politique et sa capacité à changer les choses est criante.

     

    Pour preuve :

    - 83% des sondé estiment que les responsables politiques prennent peu ou pas du tout en compte leur avis.

    - 57% des sondés jugent que la démocratie fonctionne mal en France.

    - 56% des personnes interrogées n'ont confiance ni dans la droite ni dans la gauche pour gouverner le pays.

     

    On constate que même les élus locaux n'échappent pas à ce désamour. Pourtant, ils sont traditionnellement préférés par les Français aux députés et parlementaires européens. 

     

    La chute du capital confiance est sévère :

    - Le Maire reste en tête 52% d'opinions favorables, mais perd 13 points;

    - Le Conseiller Général est à 43% mais en perd "seulement" 11;

    - Idem pour les conseillers régionaux, ce qui les porte à 42%;

    - Le député chute à 38% (-9);

    - Les députés européens baissent moins (de 4 points) à 31%, ce qui reste faible.

    Mais le plus grave c'est le niveau du Président de la République qui descend encore de 3 points à 29%.

     

    En somme,  presque tout est à reconstruire, faute de quoi les chiffres de l'abstentionnisme vont caracoler en tête.

     


    1 commentaire