• 2013, Le travail devient mobile et bouleverse les organisations

     

    Les salariés sont 73% à déclarer qu’ils aimeraient télétravailler, mais plus de la moitié (53 %) se heurtent à un refus de leur hiérarchie. 40% des dirigeants d’entreprises reconnaissent qu’une politique de télétravail est en place de façon informelle au sein de leur organisation.

     

    En parallèle le niveau élevé des coûts de loyer encourage les sociétés à repenser leur organisation du travail.

    Le télétravail en 2013 concerne 16,7% de Français.*

     

    De nouveaux espaces de travail émergent : les Tiers-lieux.

     

    Qui sont les télétravailleurs ?

     

    Ce sont des salariés du secteur privé, des non-salariés* (indépendants, freelances, etc) et des salariés secteur public qui travaillent en général 1 à 2 jours par mois ou 1 à 2 jours par semaine en dehors du bureau dans un tiers lieu.

     

    Qu’est-ce que « Les Tiers Lieux » ?

     

    Les tiers-lieux sont des espaces de travail partagés  pour les utilisateurs suivant :

    -         Cadres et itinérants

    -         Actifs se déplaçant régulièrement et ayant besoin d’un bureau de passage ou d’un espace de rendez-vous

    -         Indépendants

    -         Entrepreneurs et freelances qui travaillant habituellement à domicile et recherchant un espace de travail

    -         Télétravailleurs Salariés  pouvant télétravailler, et préférant le faire depuis un bureau partagé plutôt qu’à domicile

    -         TPE / Start-up

    -         Entreprises préférant avoir des bureaux «à temps partiel» ou «à la demande», sans bail commercial classique.

     

    Il existe deux grandes catégories de tiers lieux.

    Les tiers lieux en accès libre (espaces publics, cafés wifi, lounge…),

     

    Les tiers lieux professionnels tels que des espace de coworking, des télécentres, des bureaux partagés, des centres d’affaires. C’est cette deuxième catégorie qui intéresse et concerne Poissy.

      

    Cette deuxième catégorie représente une réelle opportunité pour la Poissy.

     

    Poissy est géographiquement au centre d’un très important nœud de communication de l’ouest parisien et doit en tirer partie.

     

    Les attentes sont nombreuses.

    -        

         Les salariés d’abord, une grande partie de la population de Poissy travaille ailleurs qu’à Poissy et emprunte les transports en commun avec des distances résidence / lieu de travail qui sont importantes. 

    -         Les entrepreneurs, de nombreuses jeunes entreprises souffrent de ne pas trouver de locaux accessibles et peu chers pour s’implanter.

    -        

         Pour les associations, l’offre municipale est insuffisante et inadaptée en termes de locaux.

     

    C’est pourquoi l’équipe de Pour Poissy engage une réflexion sur l’aménagement de tiers lieux dans notre. Ces aménagements répondraient aux attentes des Pisciacaises et des Pisciacais et en plus ils présentent l’intérêt de créer des emplois.

     

    Michel Dupart

     

     

    *Synthèse de la première enquête nationale sur le télétravail et les tiers-lieux, réalisée par LBMG Worklabs, Neo-nomade, Openscop et Zevillage. www.tourdefranceduteletravail.fr


    votre commentaire
  • La politique de la Ville

    La Politique de la Ville désigne la politique mise en place par les pouvoirs publics afin de revaloriser les zones urbaines en difficulté et réduire les inégalités entre les territoires.

    Tandis que dès les années 1970 une prise de conscience s’est affirmé concernant les problèmes générés par les grands ensembles c’est à partir de la fin des années 80 que les dispositifs de réponse aux problèmes constatés ont été développés avec notamment la création du comité interministériel des Villes en 1988.

    Les difficultés rencontrées par certains territoires, le plus souvent urbains mais parfois également ruraux nécessitent des interventions croisées entre différents ministères (éducation, logement, action sociale, développement social et culturel,  revitalisation économique, sécurité, citoyenneté, prévention de la délinquance, santé… ). Pour cette raison le comité international des villes est placé sous l’autorité directe du premier ministre afin de définir une juste répartition des moyens.

    Evolution à venir en matière de la politique de la Ville

    Jusqu’à présent les politiques de la Ville ont été opérées sur la base de principes discriminants : Identification de zones révélant des problématiques bien spécifiques (habitat social dense, délinquance élevée, bas niveaux de revenu, faible présence des entreprises…) et pour chacune des problématiques constatées des moyens spécifiques ont été accordées en fonction d’un zonage établi (ZUS, CUCS , ZFU, ZRU…)

    Certaines actions engagées à l’aune de cette classification ont prouvées leurs effets, telles que les opérations de rénovations urbaines, d’autres ont démontrées une efficacité trop limitée.

    Autre problème la classification de ces zones n’a jamais été revue alors que certains quartiers s’étaient considérablement améliorés alors que d’autres tombaient en déshérences.

    Enfin l’ensemble des quartiers sont actuellement au nombre de 2300 ce qui implique un soupoudrage des moyens.

    La politique de la Ville prend dès 2014 de nouvelles orientations pour plus de lisibilité et d’efficacité.

    Les nouveaux quartiers prioritaires seront définis sur la base d’un critère unique : un revenu fiscal de des ménages inférieur à ­ du revenu fiscal de référence soit moins de 11250 euros par mois.

    Ce critère devrait ramener le nombre de quartiers prioritaires à 1300.

    2014 année de transition

    Les enveloppes budgétaires pour l’année 2014 seront maintenues pour l’ensemble des Ville bénéficiant de crédit au titre de la politique de la Ville.

    De même les programmes engagés au titre de l’ANRU seront poursuivis même au-delà de cette période, ainsi vraisemblablement que les programmes de réussite éducative.

    En revanche, la carte des nouveaux quartiers prioritaires ne sera dévoilée qu’au printemps 2014.

    Quels enjeux pour Poissy ?

    Les enjeux pour notre Ville sont considérables :

    Le quartier de Beauregard construit dans les années 50 a besoin d’une vaste opération de rénovation urbaine.  La possibilité de faire entrer le quartier dans un nouveau plan de rénovation urbaine à venir aura un impact majeur sur les projets que la Ville pourra engager pour le quartier.

    Les services publics locaux. L’observation des politiques conduites jusqu’ à présent démontrent qu’en matière de dynamisation des quartiers, la bonne réponse ne consiste pas forcément à apporter des services particuliers au sein des quartiers mais d’amener le niveau de service rendu au même niveau que les quartiers non prioritaires (Ecoles, , transports, guichets administratifs, équipements culturels et bien évidemment des entreprises)

    Le développement économique

    Il est important d’amener de la richesse dans les quartiers. Cette richesse doit venir du potentiels de ses habitants à créer eu même des entreprises ou à mettre leurs compétences au service d’entreprises présentes sur le territoire.

    L’action de la municipalité doit être en grande partie dirigée sur cet objectif.

    La possibilité de voir certains quartiers reconnus comme prioritaires permettrait à Poissy de signer un contrat de ville qui impliquera le conventionnement sur des objectifs  avec les divers ministères concernés.

    Ces contrats de Ville devraient être portés par les intercommunalités et s’inscriront également dans le cadre des contrats de plan Etat-région.

    Plusieurs dizaine d’entreprise ont déjà signées une charte entreprises et quartiers visant à apporter leur contribution économique, sociale et culturel au développement des quartiers.

    La dynamique de revitalisation pourra également être renforcée par le recours au Fond de Solidarité Européen à travers une demande de subventions de projets innovants.

    Si Poissy n’était pas éligible

    Au-delà de la stricte définition prévue pour les futurs quartiers prioritaires, on ne peut pas nier les difficultés présentes au sein des quartiers. Il ne serait évidemment pas question de ne rien faire pour les dynamiser et  à révéler leur potentiel de développement.

    Il s’agirait dans ce cas de mobiliser tout le droit commun existant au service de cet objectif et de mobiliser également largement le FSE sur la base des critères propres à l’union européenne mais qui veillent également à concourir à l’égalité des territoires ainsi, entre autres, qu’à la diversification économique et à la transition énergétique.

     

    Michèle De Vaucouleurs


    votre commentaire
  • LE TEMPS DES BILANS, A POISSY COMME AILLEURS

     

    Décembre est toujours le temps de préparer les fêtes de fin d’année, mais aussi celui de faire un bilan. Ce mois est plus particulier car il sera l’occasion de faire celui de toute une mandature. A chacun de dégager son propre sentiment. Le mien est a été net au bout d’à peine un an, le côté partisan n’ayant pas été caché bien longtemps sous le couvert de la « transparence » et « concertation ». Il fallait un changement après les faits condamnables (et condamnés) de l’ancien édile pisciacais. Mais au local comme au national, beaucoup d’espoirs ont été déçus.

     

    Du développement économique nécessaire pour assurer l’avenir, seules dépenses et taxes supplémentaires ont les réponses données, au détriment de la compétitivité et de la confiance. A Poissy, la récente démission de l’adjoint qui en était en charge n’aura aucun impact significatif, à l’image de son action durant toutes ces années. La seule notable à retenir sera l’augmentation de la CFE à son niveau maximum pour renflouer les finances municipales autrement que par les impôts locaux. Entreprises et particuliers ont senti passer la pillule.

     

    Des projets de construction de logements, La Coudraie n’en finit pas de démarrer, La Bruyère et la Rue de Labarrière commencent à bouger, EOLES ne décolle pas. Seul le vent de fronde voire de révolte enfle notamment pour l’application prématurée  et forcée de la réforme des rythmes scolaires et dernièrement encore le projet de destruction du stade Léo Lagrange. Pourtant la « concertation » n’a jamais autant été mise en avant. Mais n’est-ce pas plutôt un manque de pédagogie qui restera dans les esprits ? Il est propice au sentiment d’autisme, corolaire du partisanisme finalement assumé par notre maire.

     

    Pour ma part, je suis partisan de fêter en famille les derniers évènements de 2013.

    Joyeux Noël et bonnes fêtes à tous !

     

    Daniel DEBUS

    POUR un renouveau à Poissy - http://www.pourpoissy.fr – Blog : poissyscope.fr

     

     


    votre commentaire
  • LA REALITE DES RYTHMES SCOLAIRES A POISSY : LES PARENTS ZAPPES !

     

    Mis en place dans la précipitation et l'impréparation à Poissy, la réforme scolaire s'est transformée en véritable "boite noire" : on sait que çà tourne mais on ne sait pas comment ni avec quoi. Force est de constater qu’aucune information n'est donnée aux parents quant aux "animations" de leur progéniture entre midi et deux. La mairie les a purement et simplement zappés !

     

    Le sentiment qui se dégage est que c'est un grand gâchis, avec beaucoup de questionnement à la clef. Pour l'illustrer, je reprends le texte d'un commentaire laissé le 04 octobre sur ce blog : "Si elle concerne l'éducation, le ministre PEILLON devrait assumer sa réforme avec la prise en charge de nos enfants par les enseignants. Toute la charge est portée par les communes dont ce n'est pas le rôle. Elle doit embaucher des "animateurs" mais qui se porte caution de leur moralité, de leurs capacités ? Est-ce le rôle d'une municipalité de se transformer en bureau de recrutement et à quel coût ? ". 

     

    Dans la pratique, nous assistons ni plus ni moins à une garderie grandeur nature, sans imagination autre que celle de laisser beaucoup d'enfant courir sous les préaux, dans des établissements où la bibliothèque et la salle informatique pourraient pourtant être ouverts aux jeunes qui sont tenus d'apporter leur propre occupation par manque de place dans celles où il fallait s'inscrire, sans ne plus pouvoir en changer ensuite.  

     

    Pourtant, elle était belle cette réforme, avec toutes ses bonnes intentions. Le principe de réalité vient reprendre sa place, mais sans avoir assuré le principe de précaution par rapport aux nouveaux venus dans cet univers si particulier qu'est l'école. Pour compléter le commentaire du blog, à quoi sert l'équipe éducative in fine si ce n'est pas pour s'en servir ? 

     

    Daniel DEBUS

    POUR un renouveau à Poissy – Blog : poissyscope.fr

     

     


    21 commentaires
  • POISSY, UNE VILLE QUI SE DISTINGUE

     

    Poissy s’est distingué cet été, grâce à son maire qui a marié deux condamnés incarcérés à la maison centrale, avec pour témoins un « comique » en tutu et un terroriste international; on aurait presque pu en rire si les deux sires n’étaient pas des tueurs récidivistes. Belle distinction !

     

    Dans un genre plus paisible mais non moins important, Poissy se distingue avec l’embauche de 100 personnes pour la rentrée scolaire, grâce à une réforme qui surfe sur les bons sentiments mais qui désorganise le tissu associatif et allonge le temps passé à l’école. Bizarrement, ma tribune libre sur le sujet n’a jamais été mise sur le site web relayant le Pisciacais de juillet-août, dont le numéro a été distribué en ville de façon très erratique - quand il l’a été, car très peu d’entre nous l’ont eu entre les mains…

     

    Autre belle distinction, l’action encore non médiatisée de l’association « anticorruption » ANTICOR au Tribunal Administratif pour recevoir enfin les documents réclamés au maire de Poissy par son représentant local depuis début 2010, avec frais à la clef payés par les Pisciacais, car « il est du devoir d’un maire de défendre » un membre de son équipe, fut-ce lui-même. Le même argument avait été utilisé quand j’avais dénoncé le mélange des genres de l’adjoint au commerce ALLAOUCHICHE pour la prise en charge par la mairie de repas dans un de ses restaurants lors d’un salon auto-moto à Poissy. Le tout, encore une fois aux frais des Pisciacais car maire et adjoint ont été déboutés avec un rappel à la loi prononcé pour le dernier, sans toutefois n’avoir rien remboursé, ni frais d’avocats ni repas payés par la mairie…

     

    La dépense est toujours plus aisée avec l’argent des autres, au besoin en augmentant leurs impôts locaux ! A l’avenir, la distinction ne devrait-elle pas se faire dans la mesure et l’exemplarité ?

     

    Daniel DEBUS

     

    POUR un renouveau à Poissy - Blog : poissyscope.fr


    6 commentaires